Dernière mise à jour : 02/04/2011

Historique de montage
Bristol Beaufighter de Airfix
Montage précédent : Morane L parasol
Montage suivant : EH 101 Cormoran

Descriptions

Images

J'ai récupéré, il y a quelques années, une boite d'un Beaufighter qui avait été "commencé" par celui qui me l'avait refilé. Vu le carnage à l'inventaire, j'avais quasiment décidé de ne m'en servir que comme pièces détachés : Il manquait entre autres un jeu de train d'aile, les capots moteurs, les moteurs, les hélices, un pot d'éhappement...

De plus pas de plan, ni planche de décalcos. cette dernière ne me manquera pas outre mesure puisque je vais en plus essayer d'en faire une version française, version Bristol Beaufighter Mk Ic, Coastal Command - Casablanca (Maroc) - 1941. (source http://www.traditions-air.fr/)

 

 

Les ailes, le fuselage et la torpille sont déja assemblés. comme visible sur la photo, rien n'est peint, aucun détail surtout dans la partie "visible" du poste de pilotage... le néant ! Je ne sais pas si j'arriverai au bout de ce sauvetage, mais je vais essayer de redonner une chance à cette maquette.

Grace à la boite à rabios et à l'aide de Gilles, j'ai récupéré des éléments qui manquaient dans l'inventaire initial. Je vais essayer de décoller le pilote pour habiller un peu le poste de pilotage. Il va sans dire que toute documentation sur le sujet sera la bienvenue.

 

J'ai vraiment envie de me lacher sur cette maquette ! Je teste (ne riez pas !) Le moulage de la roue dans de la pate à modeler. C'est sûr, le moule est souple, un peu trop peut-être ! Mais le résultat n'est pas si mal, sauf qu'il faut attendre que tout soit bien sec et dur avant de démouler. En plus, il faut refaire l'empreinte entre deux clones. c'est un test, on verra ce que ça donnera.

Pour l'opération de "décollage" du fuselage, c'était plus facile que je le pensais, vu que la colle est vieille et seche ! ça n'a pas résisté longtemps ! Il y aura là encore un gros travail de mastic quand je refermerai l'ensemble, mais j'ai vu pire.

  

Différents sites m'ont été chaudement recommendés dont un musée australien qui possède 4 pages de photos de détails d'un Beaufighter. Avec les docs scannés qui m'ont gentiment été communiqués, j'ai une bonne base de documentation. Je tiens toutefois à préciser qu'au 72ème, il ne faut pas s'attendre à autant de détail. Je ferai ce que je pourrais.

Je vais déjà commencé par limer tout ce qui pollue l'intérieur du fuselage (carottes...). Je tenterai ensuite un réhabillage.

 

Les deux demis roue moulées et rassemblé ont donné un assez bon résultat. La copie est toutefois un peu plus épaisse. Je retenterai l'expérience en ponçant davantage.

Doublage de l'intérieur du fuselage et plancher. ce sera plus pratique comme base pour équiper le poste.

 
La peinture intérieure, d'après les photo était franchement verte. Donc... J'ai rebricolé le siège de l'observateur (qui pouvait normalement pivoter), retrouvé un siège pour le pilote, et préparé les supports des manettes de gaz et de volets à gauche du pilote. Sans oublier la fabrication du volant et forme de 8 horizontal.
 

Un collègue de Forum m'a fait parvenir la maquette de son Beaufighter qu'il avait fait étant jeune, mais qui avait un peu souffert. J'ai donc pu, grâce à lui récupérer quelques pièces majeures dont les capots moteurs, hélices, échappements et un volet de train qui me manquaient. Malheureusement, pas de train lui même, la maquette ayant été montée trains rentrés et sans les trains.

Après un traitement au produit pour décaper les fours et vitres d'insert dans une poche plastique, les pièces de récup ont retrouvé leur apparence presque neuve, plus de peinture, le plastique est à nu.

 

Pour les capots, on distingue un semblant de moteur. Je souhaite y apposer les moteurs en résine que j'ai et qui me semblent plus appropriés. J'ai commencé par faire un trou à la perceuse avec une mèche bois de 8mm, puis limé le pourtour du trou avec une grosse lime queue de rat. Le test à blanc consistant à insérer le moteur de remplacement parait réussi.

En entamant le sauvetage de cette maquette, j'était parti avec l'idée de m'en servir de banc d'essai pour tenter des techniques qui me sont peu familière, voire relevant de la "conception personnelle". C'est le cas de cet essai de thermoformage. Je souhaité le testé pour fabriquer la bulle que l'on voit sur le fuselage du profil (voir deuxième image de ce forum) et qui semble protéger deux antennes. J'ai utilisé l'avant de la torpille comme master, bloquée dans un étau ; elle avait à peu près la taille voulue. J'ai ensuite placé une plaque de plastique transparent (emballage d'essuie glaces) entre deux plaques de bois préalablement découpées. J'ai chauffé la plaque avec un décapeur thermique (tenue à 20 cm l'un de l'autre environ), et quand le plastique a commencé à se déformer, j'ai "coiffé" la torpille avec... Le résultat n'est pas trop mal, je verrai plus tard si je peux en faire ce que je veux.

 

En attendant, je fignole l'intérieur du fuselage. Voilà un aperçu du poste de pilotage. n'ayant pas de décalcos pour les planches de bord, j'ai reproduit à l'échelle les photos que j'avais, imprimées sur papier (75gr), découpées et collées avec de la colle blanche (à bois).

De même pour le poste de l'observateur arrière, j'ai ajouté un mini tableau de bord vers l'avant. Le petit bout rouge est un boudin en cuir qui devait prévenir le risque qu'avait l'observateur de heurter sa tête au plafond en sortant de sa bulle.

 

Sur la partie arrière du poste d'observation se trouve deux appareils qui semblent être des postes de radio, posés sur une tablette.

Enfin, à droite du pilote devant, même technique que pour la partie gauche, une reproduction de la planche de bord latérale, plus le compas et une espèce de tuyau qui va vers l'arrière complète l'habillement du poste.

 
Ci après, trois photos qui montrent ce qui se verra une fois le fuselage fermé, si je réussis les parties vitrées.
 

...

Vue de l'intérieur avec le pilote et l'observateur.

 
Poste avant avec le pilote.
 

Assemblage du fuselage, pose des canopées et masticage.

Là, c'est une tentative de dupliquer le train d'atterrissage avec des bouts d'étiré. Ce ne sont pas des jumeaux, mais j'espère que ça ira.

 

Arrive le moment de la mise en croix. Une fois les ailes placées, un peu de mastic permet d'atténuer les jointures. Je masque les abords pour essayer de garder le plus possible les gravures des ailes.

Il en faut du mastic...

 

Ma première roue "moulée" était un peu trop épaisse. J'ai retenté l'expérience. Ca semble mieux, après ponçage elles devraient être de la même taille ...

...et même épaisseur.

 

Ho ! Une surprise ! Encore des trous à boucher sous les ailerons. Mais qu'est-ce qu'ils font là ? Bon ! Mastic, encore !

Fin de mise en croix et collage des blocs moteurs après essais d'insertion des hélices.

 

J'ai commencé par limer le plus possible l'intérieur des 4 volets, franchement trop épais. Les logements de roue en particulier étaient carrèment bouchés ! Elles se seraient mises où, les roues, hein ?

J'ai ensuite "habillé" l'intérieur des volets de trains d'aile avec des renforts en étiré. Il me restait à peindre ces intérieurs de volet.

 

J'ai fini de bricoler le train d'atterrissage manquant. j'ai glissé un axe à ma roue refaite, puis j'ai collé cet axe sur les extrémités basses de la jambe de train. Normalement, la roue doit tourner, mais je n'essaierai pas trop...

Peinture à l'aéro du dessous des ailes et du fuselage d'un bleu vert clair. Je ne me lancerai pas dans la modification de la fosse de train...

 

J'applique un cache irrégulier sur la peinture du dessous avant de passer à celle du dessus, ainsi que sous les ailerons qui risque recevoir quelques éclaboussures.

Je réserve le bleu de la dérive. Ainsi cachée, la peinture de dessus devrait faire une séparation nette entre le bleu et les autres couleurs, vert foncé et marron clair. Les blanc et rouge de la dérive seront apposés plus tard.

 

Passage donc du marron clair après avoir légèrement repéré les surfaces.

Puis peinture du vert foncé entre les plaques de marron.

 

Finalisation de la peinture avec l'avant des capots moteur...

... et du drapeau tricolore sur la dérive.

 
Moment crucial avec la pose des trains. pas de problème à gauche puisque j'y mets le train d'origine, et finalement pas trop de malheur à droite. Ca rentre bien dans les logements, la longueur est bonne et les jambes arrières tiennent bien l'ensemble. Enfin, l'inclinaison du train est équivalente à celle de gauche. Il y a juste la roue qui a tendance à partir vers l'intérieur.  
Enfin, positionnement des antennes, du globe de protection de l'antenne avant (derrière le pilote), et fil entre la grande antenne et la derive.  
 ...Voir la fiche finale du Beaufighter    
 
Montage précédent : Morane L parasol
Montage suivant : EH 101 Cormoran