Dernière mise à jour : 18/01/2015

 
Box art
Historique de montage
Romano R-82 de FGMmasterdujin
Montage précédent : E2C Hawkeye (1/48)
Montage suivant : Mitsubishi Ki-51

Descriptions

Visuels

On revient à du plus conventionnel, à savoir un avion bien français et au 72ème. Il s'agit là d'une maquette en résine, un moule de Dujin repris par FGM. Cet appareil est bien français et j'ai un peu honte de le dire, dont j'ai découvert l'existance lors de l'achat.

FGM a fait faire des décalcos (ce qui n'est pas toujours le cas) pour des décorations françaises, armée de l'air ou aéronavale. Je ferai cette fois une version marine.

Comme d'habitude pour cette marque, pâs vraiment de plan de montage, mais un plan 3 vues avec quelques détails (comme l'intérieur du cockpit).

Je commence donc par repérer les pièces par ensemble. Ici sont rassemblées les pièces des ailes avec les mats. Ces derniers peuvent être refaits en tige métalique, mais si je peux éviter...

Ici, ce sont les pièces autours du fuselage, moteur, trains, ailerons...

et enfin celles qui seront à l'intérieur du poste de pilotage. Ya plus qu'à...

J'espère bien lui mettre des haubans. Je teste donc ici la technique de mon ami Philippe, consistant à faire de petits trous de 0.3 et y glisser une boucle préparé préalablement avec un bout de treillage d'antenne coaxiale torsadé. C'est très fin et rentre très bien dans le trou de 0,3. Il reste à fixer les anneaux avec une goute de cyano. Quant la maquette sera montée, il suffira de passer les fils nylon de 8/100 dans les boucles de les tendre et de les coller, sans dommage ni pour les ailes ni pour le fuselage.

Montage du poste de pilotage, 2 sièges avec palonniers, tableaux de bord et manches, placés sur une chute de résine plate en guise de plancher. L'ensemble est fixé au demi fuselage gauche.

Assemblage du fuselage, maintenu avec des pinces le temps que la cyano agisse, ce qui est assez rapide.

Reste à finioler les joints avec du mastic.

Je dégrossis en attendant la partie moteur, mise en peinture et mise en place du "guide" à l'avant du fuselage. Je l'appelle comme ça car il aidera à placer le capot.

Mise en place du plan inférieur et masticage à "donf" du dessous.

Après ponçage, je mets en place les mats d'extrémité d'ailes. Je ma guide pour l'inclinaison en posant l'aile haute légèrement en arrière, et dans l'axe du fuselage. L'opération est des plus délicates, mais ça semble bien.

Je positionne l'aile haute sur ces mats, d'abord à blanc, puis après avoir mis une goute de cyano sur les extrémités des mats. Je préfère faire l'opération avec l'appareil retourné pour mieux voir où se posent les mats. Ensuite, ça me permet de poser 2 pots de peinture (pas trop lourds), juste pour éviter un effet ressort qui risquerait de déplacer les mats de leur emplacement.

Les petits éléments en N pour lier le fuselage au dessous de l'aile haute sont trop courts. Je reprends les mesure et les refabrique donc avec une tige plastique ronde qui était dans la boite. Je suis étonné, mais je les pose facilement.

Un peu moins facile est la mise en place des trains avant. ils sont composé de deux parties, un triangle dessous servant d'amortisseur et la jambe de train qui est fixé sur le côté du fuselage. La difficulté est, là, de faire en sorte que les deux axes soient à la même hauteur par rapport au dessous de l'aile basse.

Je peins maintenant les drapeaux sur la dérive et les ailerons, après montage se sera plus compliqué. A l'aéro bien sûr, le blanc d'abord, masquage de la bande médiane et peinture bleu d'abord, cache puis rouge ensuite.

Et voilà !

Mise en place et collage des ailerons.

Puis découpe et pose des triangle de maintien sous les ailerons. Ponsage de finition des ailes et du fuselage et peinture alu générale (3 couches) au pinceau cette fois. Attention... pas touche aux drapeaux tricolore ! Voilà, la partie facile est terminée... faut passer aux haubans maintenant !

Avec ce système, il est déjà plus facile de faire des double-haubans. Il suffit de les passer deux fois dans les boucle, une fois dans chaque sens, sans les croiser bien sur, sinon ils ne seraient plus parallèles.

Chaque extrémité est tendu par des mini pinces, tension par gravité. Une goutte de cyano sur les boucles...

puis, on coule le surplus de fils au plus près de la boucle. Evidemment, si la cyano n'a pas tenu ou qu'iln'y en a pas assez, le fil lache et il faut recommencer. Le plus dur à ce moment est de refaire le trou dans la boucle. Ca m'est arrivé une fois, c'est galère. Pour une des boucle, il a falu que je la remplace.

Après les doubles qui vont des extérieurs haut vers le bas du fuselage, il faut passer les simples ; un seul fil de chaque côté, en partant de la boucle intérieure haut arrière, relier l'extérieure bas arrière, puis l'intérieure haut avant, pour finir par l'extérieure bas avant. Tension par des mini pinces, toujours, puis, le fil bien tendu, déposer une une goutte de cyano sur les extrémités d'abord, puis sur les intermédiaires. Une fois bien sec, on coupe les surplus.

On passe aux finitions avec peinture des roues, de l'hélice et de la roulette arrière.

Mise en place de ces éléments...

en finissant par l'hélice. Reste à poser les décalcos.

Voir la fiche du Romano R-82
Montage précédent : E2C Hawkeye (1/48)
Montage suivant : Mitsubishi Ki-51