Dernière mise à jour : 01/02/2015

 
Box art
Historique de montage
Mitsubishi Ki-51 "Sonia" de Hasegawa
Montage précédent : Romano R-82
Montage suivant : Bac 167 "Strikemaster"

Descriptions

Visuels

Un peu d'injecté pour changer ! Cet appareil est japonais, le Ki-51, codé "Sofia" par les alliés pendant la WWII. Mais en 1945, La france en a hérité, certains avions ayant été laissé "en état" par leur propriétaire initial en base en indochine. Nous y reviendrons. La marque de cette maquette est Hasegawa, les pièces sont d'excellente qualité, le seul petit "Hic" est que le plan est en japonais ou en coréen, je ne sait pas trop. On essaiera de faire avec.

La planche de décalco ne sera pas utilisé, puisque je fais une version française.

D'ailleurs, la voilà ! ce profil est issu de l'exxxxcellllent site "Traditions-air.fr" qui m'a déjà inspiré d'autres décos comme le NC 701 Martinet 1 (un Siebel) que j'ai fait il y a quelques temps.

Pendant que l'un sèche le m'occupe de l'autre... je monte en parallèle le bloc moteur et l'intérieur du poste de pilotage. Aucun ne présente de difficulté particulière mais les pièces du poste de pilotage sont un peu épaisses. En simulation, on s'aperçoit vite qu'il faut creuser un peu l'intérieur des demi-fuselages pour que ça rentre.

L'assemblage des ailes se fait aussi faciliment. Ne pas oublier de percer le trou pour la partie vitrée qui cachera la caméra.

Montage du poste dans le demi-fuselage droit, un peu creusé au niveau du tableau de bord arrière. Des disques sont également fixés directement contre la cloison, dans une espèce de vide poche, je ne sais pas si ce sont des munitions ou des rouleaux de film !

Fermeture du fuselage.

Vue des tableaux de bord.

Vue de dessus, les ailerons sont posés, les trains assemblés, ainsi que le capot qui accueillera le moteur.

Dessous, on ne voit pas grand chose, sauf l'oeil de la caméra qui sort légèrement en oblique, dirigé vers l'avant.

Fin de la mise en croix avec le montage des ailes préparées précédemment. Juste un peu de Surfacer pour finir les joints, un ponçage léger, et c'est tout !

Le cockpit est caché, mis en place et collé. Un bout de papier plié est incérer dans le pote du mitrailleur arrière pour éviter tout entrée intempestive de peinture, il sera enlevé à la pince à la fin des opérations. Passage de la couleur alu à l'aérographe.

Reste les taches vertes... plusieurs essais ont été accomplis avant de trouver la bonne technique. L'aérographe ne crachouillant pas, les taches étaient trop régulières, bien rondes. Un pinceau large coupé (j'en avais déjà un), les taches sont trop grosses et trop chargé en peinture. L'essai concluant à mon avis a été obtenu par un pinceau type 4, poils coupés court à 5 mm du manche et bien écrasés. Avant de tamponer la maquette, une fois tranpé dans la peinture, j'essuie une première fois sur une serviette en papier pour en enlever une partie, puis, 2 ou 3 tamponnage sur l'avion. Le résultat me plait !

Peinture du drapeau sur la queue.

Montage des trains, simple.

finition avec les canons dans les ailes, les antennes et la mitrailleuse arrière.

J'ai rapidement recharché les décalcos qui vont bien pour mon Ki-51, le 6 noir pour la queue et les cocardes (8mm pour les côtés et 9 pour les ailes).

Dernière mise au point : le fil d'antenne entre le mat au dessus du pilote et la queue de l'appareil. Le fil de nylon de 8/100 est d'abort collé àvec une légère goute de cyano dans un creu de structure en haut de la queue, puis, tendu par une pince et guidé par un pot de peinture, l'autre extrémité est collé, toujours à la cyano en haut du mat d'antenne.

Voir la fiche du Mitsubishi Ki-51
Montage précédent : Romano R-82
Montage suivant : Bac 167 "Strikemaster"