Dernière mise à jour : 02/09/2012
Historique de montage
Douglas C47 Dakota d'Italeri
Montage précédent : Tiger Moth
Montage suivant : Nieuport 24

Descriptions

Images

Je repars sur un gros porteur, célèbre et réputé increvable : le C47 Dakota. J'aime bien les gros appareil, finalement. Celui ci n'est pas de première jeunesse, âge trahi par le plan passablement jauni. Le plastique lui est de bonne qualité et le nombre de pièces relativement limité. La décoration devra faire l'objet d'une "fabrication maison" spéciale.

Cette version militaire du DC3 a servi dans les deux armes françaises que sont l'Air et la Marine. J'ai choisi de faire une version Air avec cet appareil du groupe de transport GT 3/62 "Sahara" en Algérie en 1957 (source : avions-de-la-guerre-d-algerie.over-blog.com). Le dessus et le dessous sont de couleur alu et les bords d'attaque des ailes, ailerons et dérive noirs. Les décos vertes devraient réhausser le visuel.

 

Je commence classiquement par le poste de pilotage qui se situe à l'extrémité de la planche de sol qui parcourt tout l'avion. Sont positionner également 3 cloisons. Celle derrière les pilotes présente un ouverture à priori sans porte.

La seconde à l'avant de la zone de transport m'oblige à en ouvrir une, la pièce étant d'un seul bloc normalement, mais je tiens à ce que la porte paraisse ouverte. La troisieme est tout à l'arrière avec un marquage d'une porte que je laisse tel quel cette fois. Je ne suis pas sûr qu'on voit quoi que ce soit une fois le fuselage refermé.

 

Détail du poste de pilotage (non contractuel...).

Avant de poser le plancher et le poste de pilotage, il convient de placer les vitrages par l'intérieur. Je place de part et d'autre de chaque barrette deux chutes de grappe transparente pour les consolider. Cela peut éviter qu'ils s'enfoncent si j'y pose les doigts par mégarde.

 

J'ai abandonné l'idée de placer les vitrage avant du poste de pilotage. Je n'en comprends même pas la ligne... du coup, j'ai remplacé ces deux pièces par deux découpes dans une couverture transparente. Ca marche bien mieux.

Je peux enfin placer le plancher dans le demi fuselage gauche, tenu par des élastiques pour éviter un serrage trop important par les pinces.

 

Fermeture du fuselage, maintenu cette fois avec des pinces.

La base des ailes est placée par dessous, bien centrée.

 

Le temps du séchage de la colle, je commence à cacher les parties vitrées en vue de la peinture future.

Positionnement et collage de l'aile gauche...

 

puis de l'aile droite. un petit travail de mastic est utile à la jointure de l'aile gauche et du fuselage. Ce ne sera pas nécessaire pour l'autre côté.

J'ai peint l'intérieur des fuseaux avant de placer les trains d'atterrissage. Je placerai les roues après la peinture globale.

 

Assemblage des éléments de moteurs...

... et fermeture des blocs, incluant un petit radiateur circulaire.

 

Avant d'aller plus loin dans le montage, je passe à la peinture de la structure. Je prends un ton alu mat. Et comme chaque fois que j'utilise l'aérographe avec cette peinture, ça crachouille à mort et je dois m'y reprendre à plusieurs fois pour obtenir un bon résultat.

lorsque c'est sec, ça donne un aspect granuleux. Ca fait vieux, ok, mais pas très esthétique malgré tout. En passant le doigt dessus, j'enlève une partie de cette poudre de surface ce qui arrange un peu l'aperçu.

 

Une fois les caches enlevés, je n'ai plus qu'à reprendre quelques retouches entre et autours des vitrages, au pinceau bien sûr.

Opération cache du gouvernail et des ailerons pour peindre le drapeau de queue... j'ai oublié de prendre les photos du bleu et du rouge... Zut !

 

Cache également (ensuite) des ailes, gouvernail et ailerons pour peindre en noir les bords d'attaque.

Voilà qui est fait !

 

Il reste à passer un peu de vert sur le nez, et côté peinture, c'est terminé... normalement.

En dehors des antennes, il me reste à poser le fil d'antenne dorsal. Je glisse l'extremité d'un fil nylon de 8/100ème trempé dans la cyano dans un trou de 3/10 mm. Je laisse sécher.

 

Il me faut maintenant fixer l'autre extrémité sur le haut de la queue de l'appareil. Malgré l'utilisation de la cyano, le temps de séchage d'un fil nylon est trop long pour le faire à main levée. Il faut donc que je trouve le moyen de bloquer le fil en hauteur, tendu et dans l'axe du haut de la queue.

Cet échaffaudage (petite bouteille couchée surmontée du couvercle de l'aérographe) semble convenir. Je n'ai plus qu'à poser une goutte de cyano à l'intersection du fil et de la queue... et laisser sécher.

 
Vue de l'installation complète.
Voir la fiche finale du C47 Dakota  
 
Montage précédent : Tiger Moth
Montage suivant : Nieuport 24