Dernière mise à jour : 23/01/2012

Historique de montage
Breguet 27 de Azur
Montage précédent : PB4Y-2 Privateer
Montage suivant : Seabee RC3

Descriptions

Images

J'avais décidé de monter ce Breguet 27 de chez Azur après le Privateer... donc j'ai ouvert la boite... Je me demande si ce n'est pas une erreur. Pas forcément cet appareil qui a, il faut le reconnaitre, une ligne un peu bizarre. Non, cette maquette va encore m'en faire baver des ronds de chapeau ! Je le sens. Les pièces en résines ? Non ça je m'y suis fait, retaillées et avec la cyano, ça colle tout seul. En revanche, les pare-brises transparents me semblent étrangement pensés car ils sont en deux parties. Coller du thermoformé, ce n'est déjà pas simple, mais si en plus il faut les assembler entre eux...

En plus, l'inventaire des pièces en résine démontre sans ambigüité... qu'il en manque au moins la moitié (entourés en orange sur le plan) ! Pas très sérieux tout ça ! Surout que celle là a été achetée neuve.

 

Les intérieurs de cabine en résine sont intéressants. A toutes fins utiles, j'en fais des moulages en argile, je tenterai d'en faire des copies en plastique.

La récupération de la barre de plancher s'est bien passé, mais il n'y a aucun mérite, elle est costaud ! Le petit rectangle jaune remplace une des pièces en résine manquante et servira de plancher au mitrailleur arrière.

 

Début de montage de l'intérieur du poste de pilotage. Axés sur la poutre centrale non plate, les éléments ne sont pas faciles à positionner. J'ai refait les manches et les palonniers en étiré.

Refait également, un arc de cercle en étiré (bleu) avec renfort central (étriré gris) qui se positionnera derrière le siège du mitrailleur (quand il regarde vers l'avant bien sûr !).

 

Je prépare les intérieurs du fuselage. Première étape, enlever les plots de moulages bien présents et franchement inesthétiques, surtout au niveau des sièges.

Je découpe ensuite des petits morceaux d'étiré rouge pour faire les... quoi d'ailleurs ? les pots d'échappement semblent être plus bas. C'est quoi ces tuyaux ? Bon ils y sont, il faut les mettre. mais si quelqu'un peut me renseigner, merci car j'aimerai bien savoir.

 

Taillés dans des restes de grappes et limés, voici les pots d'échappements refaits eux aussi avec les moyens du bord. Et ce n'est pas fini c'est sûr. L'avantage est que je peux coller à la colle acétone, Tant que je peux éviter la cyano...

En revanche, pour les plaques intérieures, cyano impérative. Et il faut bien maintenir serré la garniture contre le fuselage pendant le séchage, car les intérieurs sont courbes.

 

Je passe un premier coup de peinture sur les intérieurs et les parties qui seront moins facile d'accès plus tard en gris foncé. Un peu de drybrush alu sur les reliefs, puis je place l'ensemble "poutre" du poste de pilotage, à la cyano. Une fois l'ensemble sec et relativement solide, je découpe et place le panneau qui séparera le pilote du mitrailleur et pose un siège qui semble pas mal, récupéré dans mes boites à rabios.

Je profite de quelques temps de séchage pour préparer quelques pièces absentes de la boite (voir résine plus haut), dont l'axe de l'hélice. Ce dernier était prévu en résine alors que les pales sont en plastique sur grappe. Si ce n'est pas se compliquer la vie, ça !

 

De même le cercle qui servira de support à la mitrailleuse, je sens mal sa séparation du bloc de résine. Avant même d'essayer, je préfère le refaire en étiré.

Avec une chute de résine et de l'étiré, voici la tentative de construction du radiateur.

  
Vues générales du poste de pilotage recomposé avec les moyens du bord (sans jeu de mots bien sûr) !
 

Ici une première vue de ce que donne le pré-montage à blanc du fuselage... pas très chouette, hein ? Et ce n'est pas les éléments intérieurs qui coincent, le plastique est vraiment vrillé.

Avec 3 pinces bien placées, on arrive quand même à maintenir les deux parties conjointes. Temps de séchage : 24 h, on n'est jamais trop prudent.

 

Le travail au mastic est limité finalement. Le placement des plans inférieurs ne pose pas de problème, c'est déjà ça.

Pour la queue, sur sa poutre, la seule petite difficulté réside juste dans le maintien bien horizontal des volets arrière. Comme on colle plastic injecté sur plastic injecté, la colle acétone est bienvenue et largement assez efficace.

 

C'est quoi ça ? bonne question ! je bricole un socle qui me permettra dans un premier temps de bloquer la maquette (fuselage et ailes inférieures dans un carcan de carton (plus facile à bricoler et à coller, et ne risquant pas d'adhérer au plastique). C'est un début de bidouille qui devrait, si je me débrouille bien, me permettre de maintenir tous les éléments (y compris les ailes hautes) le temps de coller (et surtout que ça tienne bon) les mats entre les deux plans.

Début d'étude des montants en H qui devraient tenir l'aile haute.

 

Je me sers également du socle en carton pour découper des fentes qui m'aideront à coller ensemble les deux demis vitrage du poste avant. Prisonniers dans les fentes ils ne bougent plus trop et me permettent ainsi de les coller sans trop de difficulté. Je rajoute un brin d'étiré transparent au niveau du joint pour tenter de solidifier l'ensemble.

Autre vue.

 

Je fabrique et découpe la partie plane qui sépare le dossier du pilote de la place du mitrailleur, en respectant au mieux l'arrondi sur lequel se placera l'anneau de la tourelle de la mitrailleuse.

Découpage et collage des deux parties vitrées, pilote et mitrailleur. Estétiquement, c'est quand même très vilain !

 

A ce stade et avant de continuer le montage, j'opte pour peindre le corps du fuselage (partie verte surtout) et le dessous de l'aile haute. En effet, j'ai peur que ce soit moins facile une fois tout assemblé.

Partant de la base du fuselage monté avec les demi-plans inférieurs, je peaufine les supports des ailes hautes. Je place donc les calles qui bloqueront l'aile à l'avant. Je mesure ensuite la hauteur que doit avoir l'aile devant et derrière en la posant à blanc (et délicatement) sur le parebrise du pilote.

 

J'en détermine le calage arrière et les supports de l'aile dans sa largeur. Les cales avant sont découpées en triangle pour permettre le positionnement du V qui joint l'aile basse à l'aile haute. Tout est prêt !

Avant la pose de l'aile, je dois placer les mats centraux qui la maintiennent devant le pilote au capot moteur. La partie en V a été refaite en étiré, l'originale étant absente de la boite (c'est pour ça qu'elle est rouge!).

 

Voilà ! Pose le l'aile, centrée, ajustée. En revanche l'ajustement des mats en V aux extrémités reste du sport.

Le temps que tout cet échafaudage sèche bien et surtout tienne bien, je m'occupe du poste de la mitrailleuse à l'arrière. A commencer par la pose de l'anneau circulaire qui entoure le poste arrière, fait également en scratch, toujours pour les mêmes motifs ! Sur la droite, autour du manche de mon cutter se prépare le support semi-circulaire de la mitrailleuse, toujours en étiré.

 

Nous voilà aux finitions, en commençant par les trains, après un passage à la peinture vert olive. Le socle sert encore !

Enfin, collage de l'hélice : les deux pales sont collées sur le moyeux en scratch préparé préalablement. Reste à passer un coup de vernis, les décalcos et le voilà terminé. Un mot sur les décalcos ; ils sont un peu trop rigides et en demeurent cassant. A manier donc avec la plus grande précaution. En plus ils sont un peu trop brillants à mon gout. Le Klir calme un peu cet effet.

 
 ...Voir la fiche finale du Breguet 27   
 
Montage précédent : PB4Y-2 Privateer
Montage suivant : Seabee RC3