Dernière mise à jour : 15/11/2009

Historique de montage
Bücker Bü-181 Bestmann (Veeday Models)
Présentation sur le forum "fighters.forumactif.com" par le lien : Forum actif sur le sujet
Montage précédent : HAS-31
Montage suivant : Nieuport 28

Descriptions

Images

Entre les grosses pièces mal finies de Mach 2 et l'approximation de la finition de Airfix, on pensait avoir tout vu.... Et ben NON !!!

Voilà une marque que je ne connaissais pas, Veeday Models, qui allie les deux (plus proche de Mach 2 toutefois !). En dehors du nombre de pièces ultra limité au strict nécessaire, l'épaisseur du plastique, l'incertitude des bordures et les bavures laisse entrevoir un travail de préparation pour le moins important... Et je ne parle pas du mastic...

 

Soyons donc courageux et attaquons le problème par la base : limage des pièces, passage au Klir de la verrière... A oui, la Verrière : 1/2 cm d'épaisseur de plastique (à peine exagéré) qu'on ne peut même pas qualifier de transparent... Le Klir permet de la rendre plus brillante, mais côté transparence, l'idée est à abandonner. N'espérez pas que je m'investisse dans le poste de pilotage, ça ne servira à rien. D'ailleurs, il n'y a que des "gros" sièges de prévus.

En attendant, après la préparation consistant à jouer de la lime, du cutter... je me décide à coller les deux demis fuselage. Une chance, la colle classique à l'acétone fonctionne sur ce matériau.

Il est clair qu'il ne faut pas lésiner sur le mastic. les jointures son pires que celles des plus mauvais Airfix, c'est sûr. Déjà les lignes de la maquette sont franchement de l'à peu près !

Une fois l'extérieur mastiqué et poncé, il faut quand même peindre un peu l'intérieur. Ca, ça se verra à travers la canopée.

 

Début de mise en croix. Ce n'est pas particulièrement simple dans le mesure où :

1/ Pas de plan de montage, il n'y a qu'un plan trois vues de l'appareil monté
2/ Pas de tenon ni mortaise pour guider le montage ni de marque sur le fuselage pour indiquer l'endroit où coller.
3/ Bref débrouille toi !!!

A partir des trois vues, je pense que les ailes sont au bon endroit.

 

Le collage de la verrière, en revanche, est presque simple. Elle s'encastre parfaitement à l'emplacement prévu sur le fuselage.

Le Clear Cement est un allié appréciable pour coller, mais aussi pour colmater les rares endroits où parait un jeu infime.

 
Comme pour le fuselage, le travail du mastic s'impose pour les ailes (dessus et dessous), mais aussi pour la verrière sur sa partie arrière. Sa partie inclinée est effectivement trop en dessous du niveau du fuselage.

J'insiste encore un peu sur le masticage du dessous qui n'est pas top !

Masque de la verrière en vue de la peinture à l'aéro plus tard.

 

Après une première couche d'aéro (peinture gris moyen) dessous, il y a encore des reliefs à retravailler. Je remets donc un coup de mastic.

Après avoir poncé, je fini la peinture du dessous. restera plus qu'à cacher le gris sur les côtés du fuselage pour passer la couche verte de la partie supérieure.

 

La peinture verte est déposée. Une fois bien sèche, il va falloir faire des caches successifs pour poser la bande jaune sur l'arrière du fuselage avant les ailerons...

... puis pour les couleurs bleue, blanche et rouge de la dérive. Pour ne pas cacher tout l'avion, je l'enveloppe dans une poche plastique.

 
Après avoir ôté le cache de la verrière, j'entreprends la peinture de celle ci.

Le montage des trains avant est de la haute voltige : il faut limer pour recréer le à plat du train, avec le bon angle, avant de tenter le collage sous les ailes. Ne pas oublier de gratter un peu la peinture, sinon, ça ne tient pas. Quand ça commence à prendre, il faut bloquer avec ce qu'on trouve ! En plus, ils sont en biais, comme ceux du Bf 109. Ca facilite la vie, tient !

Pour la roulette arrière, il faut percer sous l'avant des ailerons. Elle a un picot de maintien, elle !

Côté peinture, j'ai repris en noir ce qui doit être le radiateur avant, sous l'hélice. L'entrée est séparée en deux par un longeron métallique.
De même, pour rajouter un peu d'accessoires non fournis, je rajoute les 3 sorties d'échappement sous le moteur à l'avant, ainsi qu'une sonde Pitot sous le fuselage à l'avant de l'aile tribord.
Quelques retouches de peinture au pinceau, pose de l'hélice, décalcos (de récup.) et voilà l'appareil fini, sur ses roues.
 
Fiche finale du Bücker Bü-181 Bestmann
Montage précédent : HAS-31
Montage suivant : Nieuport 28